Articles Populaires

Choix De L'Éditeur - 2020

Le couronnement de l'empereur

Les remarques inaugurales du nouveau président étaient décevantes, mais c'est pour le mieux. S'il avait pris des notes rhétoriques, rien ne permet de savoir ce que la foule en délire aurait fait. Ils auraient pu proclamer le président Obama à vie sur place. Obama a certes promis de sauver le monde, mais rien de plus que ce que tout président, républicain ou démocrate, aurait pu dire.

Deux choses à propos du discours inaugural ont toutefois attiré mon attention. L’un d’eux était le bouc émissaire d’Obama de «cyniques», vraisemblablement tous ceux qui osent dire «non» au sauvetage, à l’inflation et à un réchauffement encore plus marqué du keynésianisme. Obama est dans une position vulnérable, héritant de la pire économie qu'il ait connue depuis la Grande Dépression et deux guerres en cours. Lui et son parti devront trouver quelqu'un à blâmer lorsque la situation ne fera qu'empirer. Franklin Roosevelt a dirigé avec succès le mécontentement du pays dans les années 1930 contre ceux qu'il qualifiait de «malfaiteurs d'une grande richesse». «Les royalistes économiques». Je suppose que Obama fera de même. Son attaque sur les «cyniques» ouvre la voie.

Les remarques d'Obama sur la politique étrangère n'étaient dans l'ensemble pas mauvaises. Son accent mis sur le multilatéralisme et les alliances pourrait suggérer des enchevêtrements, peut-être une politique étrangère tout aussi agressive que celle de Bush, mais avec plus d'alliés à la traîne. Même si je suis un peu «cynique», je pense qu’il est remarquable que Obama n’ait pas fait trembler les sabres, au-delà de dire vaguement que les terroristes ne gagneraient pas. C'est assez remarquable: ce président n'a menacé aucun pays étranger dans son discours inaugural. Je suppose que Bush et Clinton suivront rapidement la même trajectoire de militarisme, mais ses propos d’aujourd’hui n’incluent pas le type de fanfaronnade auquel je m'attendais. Alors qui sait? Mais encore une fois, je suis un pessimiste - un de ces redoutables «cyniques».

Laissez Vos Commentaires